Inde 15 - Goa

19 decembre

Apres un jury de fin de semestre rondement bien mené (dev blog prochainement !)…

Les vacances enfin! Eteindre le PC, ranger la tablette et s’inquiéter en dernière minute à propos des trains/bus pas encore réservés pour les deux semaines de voyages à venir. Arthur et Amélie sont à Bombay depuis 3 jours et prennent le bus pour me rejoindre à Pune pour une nuit. La communication entre nous est entrecoupée (pas d’internet de leur cote, juste un téléphone avec une sim française, bonjour le hors forfait). Ils ont l’air d’aller bien malgré les galères classiques que peut réserver l’Inde quand on ne l’a pas encore apprivoisée. Et puis j’ai appelé l’hôtel un paquet de fois pour être sur que mon frère avait bien survécu, ils ont dû me prendre pour une folle…

Un camion bien Indien pour commencer le voyageBref, Raunaq a gentiment propose de les récupérer à la Pune Bus Station. Il y a des bouchons d’enfer : routes indiennes + vendredi soir + départ de vacances, ça donne un gout de périf parisien, vaches en bonus.

Pendant ce temps nous allons chercher une paire de billets de bus (4 sleeper Udupi/Ernakulam pour la nuit de noël ! Si c’est pas sexy ca…) patiemment accompagnés par Nico (on a promis des bières). Nous ramassons en route Paikan et Al en train de négocier des tickets de train Tatkal (le service der-de-der minute).

Notre quête couronnée de succès nous pouvons gaiement fêter l’évènement sur le toit de Jayshree ; Raurau et les deux frenchies se font un peu attendre, mais les retrouvailles éclipsent tout. Les voilà crasseux mais victorieux, vite prêts à manger et boire tout en racontant leurs aventures en franglais. L’ambiance est joyeuse et le retour est doucement enivré.

 

20 decembre

Il nous reste des tonnes de poulet de la soirée précédente, il fait office de petit dej collectif.

Arthur et Amélie ont déchargé les kilos de victuailles importées de France dans la chambre de Bisou, c’est noël en avance ! Ils nous les échangent contre leur linge propre (pas de machine avant un bail !) nous finissons de remplir les sacs à dos, à l’arrache c’est une habitude avec Biswa.

va couper du saucisson dans ces conditionsRaunaq fait le gentleman à nouveau et nous dépose en voiture à la gare. Il fait rire tout le monde avec ses blagues et ses jurons en français, Arthur semble impressionné (et pas seulement parce que Raunaq le dépasse !)

Sac au dos, on trouve le quai pour Margao (Goa). Nous sommes en avance et les retards s’additionnent (c’est une coutume en train). Au final 3h de retard ! Mais comme ça on a fait gouter le Massala Dosa (sorte de crêpe indienne fourrée aux patates et oignons qu’on peut tremper dans du Sambar (bouillon de legumes) et du Chutney). Et puis on a des provisions pour les 14h de train à venir.

Nous sommes en classe sleeper. Nous avons donc des couchettes etroites suspendues et pas de clim (mais c’est l’hiver, easy). 3 couchettes peuvent se superposer, celle du milieu se replis pour faire un dossier le jour. Certains lits sont occupés par 2 voire 3 personnes, endormis en quinconce. Le train est plein à craquer !

Entre les gens qui discutent toute la nuit, les chaiwala qui passent et les klaxon des trains qui nous doublent la nuit est difficile (mais avec l’apéro saucisson/cacahouète on est pas trop mal). 

Biswa explique que notre train est un des plus lent et doit s’arrêter souvent pour laisser passer les gros (il n’y a souvent qu’une ou deux voies) en meme temps a  400rps le ticket pour 480km ca va…

 La gare de Margao, Goa

21 decembre

 On se réveille avec le soleil et les champs goanais. C’est beau (il faut que je me fasse envoyer les videos !)

 

L'equipe dans le bus

Et la super photographe

L'equipe au complet dans le bus, avec Amelie la photographe pour une fois dans les photos! C'est grace a elle que vous avez plein de jolies images pour ce voyage ! =3

Nous arrivons a Margao. Apres un petit dej pépère (cafe approximatif, croissant au chocolat et feuilleté crevette) nous prenons le bus (timing parfait !) vers Papolem, plage du sud de Goa.

Voila goa

Nous avons réservé le matin même un hôtel coupé du monde tenu par le joyeux Jojo (Le Sundowner, je recommande). Le bus nous dépose au pied de la plage et nous voilà en quête du lieu. Nous esquivons les « Come come see my hotel ! How many room you want miss ? » car nous sommes sur de notre destination : des cabane juchées sur la falaise au-delà d’un ruisseau se jetant dans la mer.

L’eau nous fait face, Jojo ne répond pas. Vaille que vaille, nous voilà tous en slip à traverser ce bras d’eau qui nous défie. Les 3 premiers quarts nous font rigoler, mais soudain plouf ! le lit du ruisseau fait une dépression, et le bas du sac commence a effleurer les vaguelettes ! On fonce jeter les sacs sur la rive pour sauver Amelie qui attend sur la pointe des pieds (je finis mouillée toute habillée et c’est très drôle).

L'aventure pour aller a l'hotel

Nous arrivons au Paradis. Une bicoque ouverte aux 4vents, le toit de palme bruisse doucement. Plus loin les chambres sont accrochées a la falaise, payottes ecolo-tradi charmantes avec vue inégalable sur la mer (et plus tard, le soleil couchant).

La bière est fraiche, la douche miraculeuse. On finit par prendre le petit bateau pour quitter l’hotel. La vie est douce.

Resto et shopping pour l’aprem, Biswa est maitre de toutes les négociations et ça nous fait hurler de rire. Ca l’énerve parce qu’en pouffant comme ça on évente son jeu, mais c’est plus fort que nous.

Et des embarcations de pecheurs

La baignade + bière est chouette, encore plus lorsque l’on migre du cote des rochers et du soleil couchant.

La plage de palolem

 Le soir l’humeur aventurière nous testons le resto recommande traditionnel par le Routard. On se perd un peu et puis l’odeur nous guide (et puis Biswa, qui demande de l’aide en hindi). C’est exquis ! Saucisses goanaises, thali de poisson, crevettes… Et même un verre de fenny (alcool local imbuvable) On a aussi essayé le Bebinka, dessert au beurre et noix de coco parfaitement moelleux.

Un beau veg thali pour Amelie!

Notre passeur bienveillant nous ramène a la maison sur son petit bateau, nous séchons au bord du feu, a 3 pieds des vagues, bière a la main…

 

Et dire que les vacances ne font que commencer !

PS: il ne manque qu'un rickshaw a ce post pour couvrir presque tous les moyens de transports possibles en Inde...

Commenter

Leave a Reply



(Your email will not be publicly displayed.)


Captcha Code

Click the image to see another captcha.